La question des droits humains au Sahara Occidental occupé 

La question des droits humains au Sahara Occidental occupé 

Droits de l'Homme
La situation au Sahara occidental occupé par le Maroc s’est particulièrement aggravée depuis la rupture du cessez-le-feu entre le royaume alaouite et le Front Polisario, le 13 novembre 2020. Il faut rappeler que c’était la société civile sahraouie, dont une majorité de femmes, qui manifestait à travers un sit-in pacifique à Guerguerate, dans la zone tampon démilitarisée au sud du mur de séparation, à l’extrême sud-ouest du Sahara occidental, quand les troupes marocaines sont intervenues pour les déloger par la force. (suite…)
Read More
ALERTE SUR LES REPRESAILLES CONTRE LES CIVILS SAHRAOUIS 

ALERTE SUR LES REPRESAILLES CONTRE LES CIVILS SAHRAOUIS 

Droits de l'Homme
La situation des civils sahraouis dans le territoire occupé par le Maroc s'est particulièrement aggravée depuis que la guerre a repris, le 13 novembre dernier, suite à l'attaque par les troupes marocaines d'un groupe de manifestants sahraouis pacifiques dans la zone tampon démilitarisée de Guerguerate. Il s'agit clairement de représailles, destinées à faire taire les partisans de l'autodétermination qui pourraient s'enthousiasmer de la reprise de la lutte armée. Le pouvoir marocain ne veut actuellement qu'une chose ​: maintenir le silence sur ce qu'il se passe vraiment au Sahara occidental, pour continuer à y agir en toute impunité. Mais il se trouve que des civils sahraouis n'ont pas peur. Parmi eux, Sultana Khaya, jeune femme sahraouie de Boujdour qui, malgré les coups redoublés qu'elle reçoit, a fait le choix d'aller au bout…
Read More

En temps de guerre, la vengeance contre les civils

Droits de l'Homme
Traduction par l’AARASD d’un article de Cristina Martínez Benítez de Lugo paru sur le site Contramutis : https://contramutis.wordpress.com/2020/11/19/en-tiempos-de-guerra-venganza-contra-civiles/                        Hayat Daiya, la jeune fille de 12 ans détenue par la police marocaine Une jeune fille de 12 ans et d’autres mineurs parmi les victimes de la répression marocaine. La population sahraouie des territoires occupés demande à la Croix Rouge internationale (CICR) d’intervenir en urgence pour que le Maroc respecte la Quatrième Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre. Contramutis - Cristina Martínez Benítez de Lugo « El Aïoun est en feu » commente pour moi au téléphone un habitant de cette ville occupée, capitale du Sahara occidental. La répression arbitraire et violente de civils sahraouis a toujours été une constante dans les territoires occupés. Mais depuis le début de…
Read More
Témoignage de Elli lorz, qui a séjourné en 2020 plusieurs semaines au Sahara occidental occupé

Témoignage de Elli lorz, qui a séjourné en 2020 plusieurs semaines au Sahara occidental occupé

Droits de l'Homme
Face à la reprise du conflit armé au Sahara Occidental, je pense aux violations et avertissements qui ont précédés dans la zone tampon de Guerguerat. Je pense à Ahmed Salem Ould Ahmed Ould Lemgheimadh, un jeune commerçant de 24 ans, originaire de Laâyoune et régulièrement de passage en Mauritanie. Le 27 janvier 2019, il bloque la route et la circulation dans la zone tampon pour protester contre le traitement injuste qu'il a reçu des douanes marocaines. (suite…)
Read More
10 ANS APRÈS GDEIM IZIK  – De la prison de Kénitra, Naâma ASFARI publie le 6 novembre 2020 une Tribune « Gdeim Izik : le droit à la colère – La colère qui a permis de poser les termes du conflit »

10 ANS APRÈS GDEIM IZIK  – De la prison de Kénitra, Naâma ASFARI publie le 6 novembre 2020 une Tribune « Gdeim Izik : le droit à la colère – La colère qui a permis de poser les termes du conflit »

Droits de l'Homme, Plaidoyer Politique
Lire la tribune de Naâma Asfari : « Gdeim Izik : le droit à la colère - La colère qui a permis de poser les termes du conflit » - PDF Cette Tribune est reprise largement par les Associations de solidarité en Europe et dans la Presse entre autres par L’HUMANITÉ - Tribune Humanité NA ; MEDIAPART - Gdeim Izik Le droit à la colère EL WATAN - Gdeim Izik, le droit à la colère ORIENT XXI - Gdeim Izik. Colère d’Achille, colère des Sahraouis L’Actualité des Progressistes - Sahara Occidental Gdeim Izik : le droit à la colère Le Comité norvégien de soutien au Sahara occidental publie une version en anglais
Read More
Intervention marocaine hostile sur le brèche de Guerguerat

Intervention marocaine hostile sur le brèche de Guerguerat

Cartographier le Sahara Occidental, Droits de l'Homme
Nous avons appris ce matin que des militaires marocains déguisés en civils avaient pénétré par la brèche de Guerguerat dans la zone tampon où des dizaines de civils sahraouis manifestaient pacifiquement depuis 3 semaines pour bloquer le trafic de camions et de voitures entre le Sahara occidental occupé par le Maroc et la Mauritanie. Il faut savoir que la « zone tampon », large de 5 km, est située dans la partie libérée du Sahara occidental, au sud du mur militaire marocain de séparation. Elle est sous la supervision de la MINURSO (la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un Référendum au Sahara occidental). Les forces armées marocaines n’ont pas le droit d’y pénétrer selon l’Accord militaire n°1 signé par les deux parties avec la MINURSO, en 1997 par le Front Polisario…
Read More
COMMUNIQUE DE PRESSE – La Mission de paix de l’ONU au Sahara occidental vient d’être renouvelée pour un an. Mais aucune avancée en matière de droits humains !

COMMUNIQUE DE PRESSE – La Mission de paix de l’ONU au Sahara occidental vient d’être renouvelée pour un an. Mais aucune avancée en matière de droits humains !

Droits de l'Homme
Le Maroc,qui occupe le Sahara occidental depuis 1976 – 45 ans ! –,  ne se satisfait plus du « vieil » accord de cessez-le-feu de 1991. Certes, il a pu empêcher toute application véritable du Plan de paix qui aurait dû permettre aux Sahraouis de voter en liberté lors d’un référendum d’autodétermination. Mais il lui en faut plus ! Il veut que ce territoire lui rapporte un maximum, à travers le pillage de ses ressources naturelles et la possibilité de le traverser pour rejoindre la Mauritanie et l’Afrique sahélienne. C’est par le passage de Guerguerat, une brèche creusée dans le mur de sable qui sépare la partie du Sahara occidental occupée par le Maroc de la partie libérée par le Front Polisario qu’il veut tout faire passer. L’accord de cessez-le-feu de 1991 a établi…
Read More
45E ANNIVERSAIRE DE L’UNITÉ NATIONALE SAHRAOUIE (12 octobre 1975) ET 10E ANNIVERSAIRE DE LA PROTESTATION DE GDEIM IZIK

45E ANNIVERSAIRE DE L’UNITÉ NATIONALE SAHRAOUIE (12 octobre 1975) ET 10E ANNIVERSAIRE DE LA PROTESTATION DE GDEIM IZIK

Droits de l'Homme
Samedi 16 octobre, la communauté Sahraouie en France était rassemblée place des Invalides à Paris, à deux pas du Ministère des Affaires Étrangères. Il s'agissait de rappeler à la diplomatie française, et à Emmanuel Macron, la nécessité pour la France, pays des Droits de l'Homme, -  d'agir auprès du Maroc pour que cessent répression et violation des Droits de l'Homme au Sahara Occidental occupé et que les prisonniers politiques sahraouis soient libérés ; - de s'investir pour l'organisation du référendum d'autodétermination promis depuis 1991 ; - de cesser de s'opposer à l'inclusion des Droits de l'Homme dans le mandat de la Mission de paix de l’ONU, la MINURSO ( Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un Référendum au Sahara Occidental). Les associations de solidarité étaient bien représentées, notamment l'AARASD, avec…
Read More
Communiqué – 45 ans d’occupation militaire qui reste impuissante face à la résistance sahraouie

Communiqué – 45 ans d’occupation militaire qui reste impuissante face à la résistance sahraouie

Droits de l'Homme
Il est nécessaire de le rappeler à chacun de nos communiqués : en 2020 le Sahara occidental est le seul territoire non autonome qui connaît une occupation militaire exercée par une puissance coloniale étrangère, le Royaume du Maroc. Très régulièrement nous recevons l’écho de la situation faite aux Sahraouis qui connaissent cette occupation militaire. Toute liberté d’expression interdite, mesures arbitraires prises par les autorités marocaines rendant difficiles tous les actes du quotidien comme l’accès au travail ou aux études.  Discrimination systématique pour tous ceux et celles qui militent pour le respect des droits de l’homme au sein d’associations obtenues de haute lutte et assignation à résidence pour les militants et leurs familles ces dernières semaines. Et pourtant nous observons et admirons la vitalité de cette résistance. L’association CODESA vient de renouveler ses…
Read More